Quelques chiffres et données

Secteur

Conception, industrialisation, achats, fabrication, maintenance et intégration de cartes et systèmes électroniques pour le compte de tiers (code NAF 2612 Z).
La fabrication électronique qui tend à la miniaturisation, donc à l'utilisation croissante d'automates, reste un métier de main d’œuvre. La maîtrise de nouvelles  compétences en amont (conception, éco-conception, industrialisation) et en aval (intégration, produits finis, chaîne logistique) sont des vecteurs de valeur ajoutée recherchés et appréciés par les clients.

L'implantation géographique des entreprises de sous-traitance électronique en France

(source : SNESE Janvier 2017)

La répartition des entreprises de sous-traitance électronique en France par code NAF

(source : SNESE Janvier 2017)

 

Atouts du secteur

La capacité d'adaptation aux grandes évolutions technologiques et réglementaires en matière de fabrication électronique et une résistance hors du commun aux contraintes réglementaires qui pénalisent l'exercice d'un métier entièrement dédié à la réactivité et à la flexibilité.
La maîtrise du process de fabrication RoHS (production respectueuse de l'environnement) en est le plus récent exemple.

Opportunités pour le secteur

Un marché de la production électronique et des services associés en croissance constante et un besoin accru de sous-traitance.
Une demande croissante basée sur la réactivité et la capacité à maîtriser les coûts d'achat et de production globale, notamment par le recours à des partenariats low cost, techniques aujourd'hui parfaitement maîtrisés par les adhérents du SNESE -  fabricants d'électroniques et services associés.

Chiffres-clés


Nombre d'entreprises : 500
Effectifs :  24 000
CA :  5 000 M€

(sourcs : SNESE)

 

LA SOUS-TRAITANCE FRANÇAISE

innovante et compétitive, un pilier de l'industrie

La sous-traitance, le maillon fort du tissu industriel français
 
La sous-traitance est plus que jamais le maillon fort du tissu industriel français. Au cours des 50 dernières années, l'explosion des technologies a engendré une spécialisation et une intensité capitalistique auxquelles la sous-traitance a su répondre grâce, notamment, à sa recherche et développement, ses innovations, ses savoir-faire. C'est cette capacité d'adaptation qui a permis à nos plus grandes entreprises françaises d'être toujours plus dynamiques et compétitives et très souvent leaders sur le plan international.
 
JC Monier
Président du CENAST
Centre National de la Sous-traitance

© SNESE | Mentions légales | Webmaster | Créé par 2exVia avec MasterEdit ®